D’après le New-York times , un moustique a été arrêté par la police fédérale dans un quartier fortement peuplé de Boston après avoir survolé la tête d’un bébé âgé de trois ans, nommé Gabriel et l’avoir réveillé de son sommeil à cause de  son bourdonnement, car , d’après les spécialistes en la matière ce bourdonnement serait l’origine à court terme de maladies psychologiques susceptibles de causer chez les enfants des perturbations psychologiques à effets multiples :peur, stress ,manque de sommeil ,révolte…

En cette occasion ,une réunion extraordinaire s’est tenue urgemment par le gouvernement local pour débattre de la question .Il est à noter que ce fait(libre circulation des moustiques) est très rarissime aux Etats-Unis .Le ministre de la santé a fait sa démission après n’avoir point supporté le survol des airs de la chambre d’un jeune futur citoyen américain par un moustique .Il a notamment présenté ses excuses aux parents de la victime et a avoué qu’il a été déçu d’être incapable d’éviter ce drame.

Le Ministre des affaires sociales accompagnées d’une importante délégation et représentants de la société civile dont plusieurs ONG œuvrant pour les droits de l’enfant, ont entamé une visite à la famille de la victime en signé de solidarité et de soutien.

Le Ministre de l’intérieur,  quand à lui, a déclaré dans une interview spéciale que les forces de sécurité auraient suspecté un appareil très minuscule dont le bruit n’a pas été très clairement identifié. Selon le même Ministre « de toute façon, nous avons pris toutes les mesures de sécurité nécessaires, d’ailleurs, une enquête a été ouverte en vue de déterminer les causes exactes de ce fait. La loi américaine –a-t-il ajouté est très claire : elle stipule que tout moustique ayant survolé ou franchi l’espace aérien intime d’un américain serait condamné à perpétuité, que tout moustique ayant le culot d’avoir piqué un citoyen serait inévitablement condamné à mort.

En revanche, quand à Figuig et contrairement à toutes les lois universelles reconnues par les nations-unis, les moustiques sont les bienvenus.ils jouissent du droit de la libre circulation, du droit de reproduction et de multiplication, du droit de sanctionner toute personne ayant osé accéder à leur territoire (ruisseaux formés par les eaux usées, réservoirs dont les eaux passent par les lavoirs, rigoles polluées…)

Enfin, le droit de faire ce qu’ils veulent à qui ils veulent.

Dans l’oasis, la population est prise d’assaut par ces minuscules insectes soutenus notamment par leurs alliés les mouches, les grillons, cafards, scorpions et j’en passe.

Les moustiques sont protégés par leurs fervents défenseurs « la fondation des verts de Figuig ».Ils bénéficient des conditions nécessaires de vie décente  et sereine. Certes, ils ne sont pas les seuls, d’autres insectes sus-cités jouissent des mêmes privilèges : carte de séjour permanent, droit de multiplication, droit de circulation, droit d’attaque des oasiens. Biodiversité oblige !c’est une preuve tangible de symbiose parfaite, de tolérance et d’équilibre de l’écosystème oasien de Figuig.

Il est à noter que l’accès à leur territoire est formellement interdit.

D’ailleurs, un journaliste accompagné d’un biologiste photographe aurait été sûreté pendant quelques heures pour avoir osé prendre des photos de leur espace protégé, bref, son appareil photo a été saisi par les forces spéciales.

Exceptionnellement, les troupeaux de moutons pourraient s’abreuver dans leur territoire sans autorisation (voir photos de brebis). Prospérité, hospitalité obligent.

En somme, d’après un porte- parole du service d’hygiène, notre oasis est fortement avancée en matière des droits dont jouissent les moustiques et insectes en général sur les êtres humains. Et cette expérience pionnière , de symbiose entre insectes et êtres humains servira de leçon aux peuples du monde entier .D’après la presse locale, des ONG ont manifesté contre ces insectes pour avoir fait des certaines de victimes dans l’oasis dont la plupart atteintes de leishmaniose .Toute fois, selon un biologiste du laboratoire de recherche sur la biodiversité de Figuig –« il n’ya pas de raison pour s’inquiéter , c’est une chose tout à fait passagère, on devrait nous y habituer  et quoi qu’il en soit un moustique c’est rien, un petit rien du tout et ne peut nullement causer la mort d’un être humain. »

Observateur

Share Button